fbpx

La muqueuse nasale, fragile, est irriguée par une multitude de vaisseaux sanguins (les capillaires). Les saignements de nez peuvent facilement survenir si elle est fragilisée par une inflammation, une sécheresse ou un choc.

L’épistaxis bénigne se caractérise par un saignement soudain, dans une seule narine. Il est lié à la rupture des petits vaisseaux du nez. Généralement, le sang s’écoule au goutte-à-goutte.

C’est d’ailleurs la racine grecque du mot épistaxis :

Épi” = sur et “stázô” (« couler goutte à goutte »)

Fonction et symboles

Le sang :

Il est en lien avec le clan, la lignée.

Comme il transporte les nutriments et les déchets, il a une fonction nourricière et purificatrice.

En cas de problèmes sanguins, la première piste à explorer est celle de soucis dans les liens du sang, dans une spécificité de ne pas réussir à nourrir ou à purifier la lignée.

Les capillaires :

Ces petits vaisseaux sont à la jonction entre le sang propre circulant dans les artères et le sang sale ramené au cœur par les veines.

Ils assurent donc une fonction de transmission entre ce qui vivifie et ce qui nettoie. Ce sont un peu des médiateurs symboliques, dans le corps. Ils font le lien, relient, permettent l’échange.

Le nez :

Il sert à inspirer l’air et à en analyser son contenu. La notion de flairer est primordiale pour comprendre les problématiques du nez. Dans le langage courant, des expressions telles que « c’est une affaire qui pue » ou « je ne la sens pas », nous montrent que nous utilisons cet organe pour analyser le danger.

En reliant les concepts de nez, de sang et de capillaires, cela ouvre plusieurs pistes de décodage :

Quelque chose ne sent pas bon. Il y a une affaire qui pue, en lien avec le clan, la lignée de sang.

Comme le sang s’écoule (alors que dans le corps, il reste normalement en circuit fermé.), cela renseigne sur le fait que quelque chose de cette affaire qui pue, en lien avec la lignée de sang, cherche une solution, une porte de sortie.

  • Est-ce que, par les saignements de mon nez, je vérifie à quel clan j’appartiens ?
  • Est-ce que mon père est bien mon père ? Ou suis-je bien intégré.e dans mon clan ?
  • Par des saignements en goutte-à-goutte, je marque mon territoire, mon clan. « Je suis chez moi et je fais partie de cette lignée de sang ».
  • Par mon sang, je suis capable de nourrir et de purifier ma lignée. « Je lave les problématiques du passé ». Je vivifie et je crée une nouvelle lignée de sang pur. Je suis le médiateur entre l’ancien et le nouveau.

Mais encore…

Notre cerveau utilise le langage également comme référence symbolique. Il n’est pas rare d’utiliser un mot plutôt qu’un autre ou de faire des associations inconscientes.

Une association inconsciente des mots « nez et sang » se rapproche du mot « naissance ».

Ce qui nous ouvre une nouvelle piste de réflexion autour d’un problème de départ du clan, déjà présent au moment de la naissance. Par exemple : la fuite ou l’absence du père.

En conclusion

Les saignements de nez apparaissent lorsque la pression autour d’une problématique « de sale affaire dans la lignée de sang » est en train de se résoudre ou de trouver une solution.

Si une personne rencontre des saignements fréquents, c’est que la problématique se réactive régulièrement et ne trouve jamais une réelle solution. Par exemple : un enfant qui « sent » bien qu’il y a un conflit entre ses parents divorcés et qui saigne du nez régulièrement, car il appartient à des clans de sang qui ne peuvent , justement, pas « se sentir ».

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/pathologies/epistaxis-saignement-de-nez

Dictionnaire des codes biologiques des maladies, Editions Téligaté, 2007

Image de rawpixel.com sur Freepik

4 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le partager par simple clic.