fbpx
+41 77 495 68 87 info@decodage.ch

L’anémie : affection dans laquelle le nombre de globules rouges est faible.

Les globules rouges permettent de transporter l’oxygène jusque dans les tissus de l’organisme. Lorsque les globules rouges sont en quantité réduite, les tissus ne reçoivent plus assez d’oxygène et apparaissent les symptômes de l’anémie, dont l’intensité et la gravité sont variables :

  • Sensation de faiblesse
  • Pâleur
  • Évanouissements
  • Vertiges
  • Sueurs
  • Pouls faible et rapide
  • Respiration accélérée
  • Crampes
  • Gêne respiratoire
  • Douleur thoracique

L’anémie peut avoir plusieurs causes. :

  • consécutive à une perte de sang
  • liée à une production insuffisante des globules rouges
  • ou une destruction excessive des globules rouges

On parle d’anémie ferriprive quand le fer, nécessaire à la fabrication des globules rouges, est en déficit dans l’organisme. C’est une des causes fréquentes de l’anémie.

Cette carence en fer peut survenir suite à des saignements importants (par exemple, durant les règles) ou à une alimentation trop pauvre en fer, ou encore par la réduction de l’absorption du fer dans le tube digestif (malabsorption).

 

Décodage des globules rouges

Il est question de vie ou de mort. Les globules rouges transportant l’oxygène, la mort par privation d’oxygène est extrêmement rapide.

Le sang est lié, symboliquement, au clan. « Il est de mon sang », « avoir le sang bleu ».

Cela renvoie aux liens familiaux, à notre appartenance ancestrale, au lien avec ceux qui partagent le même sang.

Lorsque les globules rouges sont déficitaires, on va rechercher le drame qui est survenu dans la lignée. Quelqu’un n’a pas pu être sauvé, par exemple.

Est-ce qu’il y a un manque d’amour dans le clan ? Car l’amour est vital pour le développement.

 

Décodage du manque de fer 

Le fer se rapporte à l’action (fer = faire).

Le fer est un métal utilisé, notamment, pour construire des armes.

Les armes servent à se battre, à se défendre.

Les conflits liés au manque de fer sont des conflits de manque de volonté, de courage, de capacité à se battre « j’ai posé les armes ». Le combat semble perdu d’avance.

Le sentiment d’injustice prédomine et ne peut être résolu, puisque la personne n’a plus le courage de se battre. Elle n’en a, d’ailleurs, plus la force physique, puisque la faiblesse est le premier symptôme de l’anémie.

De plus, sans le fer, il n’est plus possible de s’aimanter. Sans attraction, je ne fusionne ainsi plus avec le reste de ma famille. Ceux-ci ne m’attirent plus autant, cela me laisse à distance d’eux.

 

Décodage de l’anémie ferriprive 

Commençons par le décodage de l’anémie en général.

Il est question de sentiment de dévalorisation personnelle par rapport à son clan. En d’autres termes, la personne se sent méprisée par les membres de son clan, pas à la hauteur des attentes familiales.

Cela peut aussi être en lien avec une famille fragmentée, dont les membres sont en conflit. La famille est perçue alors, par la personne, comme manquant de force, de cohésion (ce conflit est à l’origine des problèmes de plaquettes et de coagulation sanguine).

Une autre piste possible est à rechercher dans les questions de filiation. Y a-t-il un doute quant au véritable père biologique ou une absence de celui-ci ? (Anémie = sans son demi, sa moitié)

La spécificité de l’anémie ferriprive 

Pour comprendre le sens biologique de l’anémie ferriprive, il faut revenir aux décodages du déficit des globules rouges et du manque de fer.

Aux problématiques de sentiment de dévalorisation dans le clan, s’ajoutent les questions de vie et de mort et d’action volontaire (faire ou ne pas faire un geste, un acte).

 

Cela permet de proposer quelques pistes de conflits

  • Qui veut tuer quelqu’un de son clan ?
  • Ai-je survécu à une tentative d’avortement de ma mère ?
  • Ai-je moi-même vécu un avortement ?
  • Y a-t-il de l’inceste dans mon clan ?
  • Est-ce que mes actions conduisent à des drames ou à ma propre perte ?

 

En conclusion 

L’anémie ferriprive exprime des problématiques de vie ou de mort dans son clan. En me privant de ma force d’action, cela m’évite de commettre l’irréparable.

Cette pathologie peut prendre sa source dans la vie de la personne ou dans la vie passée du clan, chez ses ancêtres.

Retrouver l’événement initial, le contexte et l’ambiance autour du traumatisme est fondamental. Le but étant de permettre à la personne atteinte d’anémie ferriprive de pouvoir être certaine d’agir désormais en toute sécurité pour elle et pour son clan.

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le partager par simple clic.