fbpx
+41 77 495 68 87 info@decodage.ch

Définition de la pathologie :

Il s’agit d’une infection virale bénigne de l’épiderme due à un virus (le Poxvirus), de la même famille que celui de la variole. Elle occasionne des boutons comme de petites perles avec un puits central pouvant laisser s’écouler une matière blanchâtre et s’accompagner d’une inflammation à son pourtour.

Les boutons peuvent se développer partout sur le corps (sauf sur la paume des mains et la plante des pieds). Mais plus généralement sur le visage, le cou, les aisselles et les flans ainsi que sur les parties génitales, les fesses et les cuisses.

Il est très rare que les adultes soient atteints de molluscum (on a pu le constater chez des patients atteints du VIH). Ce sont donc principalement les enfants qui sont touchés. Cette pathologie guérit spontanément mais peut rester plusieurs mois.

Le conflit psychobiologique :

Prenons les différents éléments de cette pathologie.

Tout d’abord il s’agit d’un virus. Le Poxvirus. Qui veut dire « virus de pustules » en anglais.

Les virus interviennent dans la phase de résolution de conflit. Lorsque l’immunité de l’individu baisse pour permettre aux micro-organismes de faire leur travail de nettoyage. Cela veut dire que le problème psycho émotionnel qui a engendré le molluscum est antérieur à son apparition et que l’enfant atteint est déjà en train de trouver une solution.

Le virus se développe sur l’épiderme. Lorsque cette partie de corps, la peau externe, est touchée, la personne se trouve dans un conflit de

  • soit vouloir plus de contact
  • soit vouloir moins de contact

Nous avons donc des pustules avec un centre comme un cratère, qui se développent sur le corps lorsque l’enfant est en train de solutionner un problème lié au fait de vouloir + ou – de contact avec quelque chose ou quelqu’un.

Mais quel type de problématique de contact l’enfant est-il en train de solutionner ?

Pour cela nous devons décoder encore plus précisément en s’intéressant à la structure même du bouton. Ce sont les kératinocytes qui sont touchés par le virus. Ces cellules de l’épiderme ont une double fonction : elles protègent de la chaleur et des microorganismes et sécrètent un enduit qui imperméabilise et permet une protection dans les 2 sens (ce qui entre dans le corps et ce qui en sort).

De plus, la structure même du bouton (une pustule avec un trou au centre) peut nous faire penser à un petit papier à bulles protectrices que l’enfant cherche à mettre sur lui pour réduire les atteintes (les piques qui laissent des trous !) et se protéger. 

C’est également la trace que laisse une météorite qui s’abat sur la terre. Un bourrelet se forme autour de ce qui est arrivé fortement à la surface.

C’est donc au niveau de la chaleur, de la protection et d’attaques éventuelles que le conflit de l’enfant doit se loger.

La localisation des boutons a également son importance.

  • Si les boutons sont présents partout, il s’agit d’une problématique globale chez l’enfant.
  • Sur le visage : c’est l’identité même de l’enfant qui est atteinte. Est-il victime de brimades ?
  • Sur le cou : l’enfant est-il en droit de faire confiance à ses ressentis ou doit-il se plier à une autorité ?
  • Sous les aisselles et sur les flancs : l’enfant a-t-il de la peine à prendre son envol ? Se sent-il comme si on lui « coupait les ailes » ou « qu’il a besoin d’être encore soutenu, porté pour progresser ? Il peut y avoir conflit entre vouloir être accompagné et faire seul mais sans reproche.
  • Les fesses, les parties génitales, le haut des cuisses : Cela peut symboliser le lien de l’enfant avec ses parents (ce sont eux qui le changeaient, le nettoyaient) et les difficultés liées au fait de devoir ou de vouloir faire seul (d’ailleurs on peut faire une tape amicale sur les fesses d’un enfant pour l’encourager à avancer). 
    Il est aussi possible que cela mette en lumière des contacts sur la sphère génitale de l’enfant (jeux entre enfants, attouchements, … ? Il convient de vérifier et d’être vigilant).

Comment trouver le conflit chez son enfant ?

Les enfants sont très réceptifs aux métaphores. Expliquez-lui que ces boutons sont comme de petites bulles qui le protègent. Il est comme une terre qui aurait reçu des météorites. Mais de quoi a-t-il besoin d’être protégé ? Que sont ces météorites pour lui ? Souvent la réponse viendra directement.

Sinon interrogez-le sur son quotidien, sur ses soucis de contact avec les autres.

Dans quel domaine de sa vie votre enfant a-t-il des problèmes liés au manque de protection, un manque de chaleur humaine, à des piques auxquels il assiste ou dont il est la victime ?

Est-ce en famille (conflits entre les enfants, entre les parents ?), à l’école (conflits avec des camarades ou avec l’enseignant-e qui ne serait pas assez chaleureux-se ou dénigrant-e?) ou encore avec une personne ayant la garde de l’enfant ?

Une fois le problème nommé, il convient, avec l’enfant, de mettre en place une solution qui puisse fonctionner directement.  Et qui aille dans le sens de la protection.

  • Ouvrir le dialogue avec les personnes concernées par le conflit vécu par l’enfant. Faire préciser l’intention que la personne a eue lorsqu’elle a prononcé des mots que l’enfant a ressentis comme une attaque.
  • Accompagner un enfant ou trouver un copain qui l’accompagne sur le chemin de l’école.
  • Aider un enfant à accepter le temps qu’il lui faut pour prendre son envol, avoir confiance en lui, faire ses apprentissages.
  • Ne pas sur couver et protéger son enfant qui a besoin de développer un peu d’autonomie.

Etc…

Et comme il est sensible au métaphore, racontez lui une histoire. Celle d’une petite planète en train de grandir et qui doit également apprendre à se protéger des météorites qui lui tomberaient dessus. Que peut faire cette planète pour être davantage protégée ? A-t-il une idée ? 

Et une fois la planète bien protégée, laissez faire l’imaginaire tout seul… et regardez le résultat !


Bibliographie :

Sellam, S. (2008). Lorsque l’esprit influence le corps – Les maladies de la peau – Tome 6 (Encyclopédie de nos états d’âme) (French Edition). BERANGEL.

https://www.doctissimo.fr/sante/maladies-de-la-peau/molluscum-contagiosum

https://fr.wikipedia.org/wiki/Molluscum_contagiosum

Dictionnaire des codes biologiques des maladies – Association Téligaté – Troisième Edition 2007

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le partager.

Vous souhaitez être informé-e par e-mail lors de la publication de nouveaux articles ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le partager par simple clic.